Click here to read Integrate Health’s COVID-19 response

Une nouvelle étude démontre l’efficacité du Programme de Soins Primaires Intégrés

Oct 8, 2021

Une nouvelle étude publiée dans Pediatrics par Santé Intégrée, le ministère de la Santé, de l’Hygiène Publique et de l’Accès Universel aus Soins du Togo et des chercheurs de l’Université de Lomé, de l’Albert Einstein College of Medicine, de la City University of New York, de l’Université de New York et de la Northwestern University démontre l’efficacité du Programme de Soins Primaires Intégrés sur une période de cinq ans dans quatre aires sanitaires du district de Kozah au nord du Togo. Les résultats de l’étude suggèrent que le Programme de Soins Primaires Intégrés de Santé Intégrée, un ensemble d’interventions fondées sur des preuves et mises en œuvre avec une stratégie communautaire, a contribué à une baisse de 30 % de la mortalité des enfants de moins de cinq ans sur une période de cinq ans (de 51,1 pour 1000 naissances vivantes en 2015 à 35,8 en 2020).

Au cours de la même période, des améliorations de l’accès et de la qualité des soins ont été observées, notamment une forte augmentation des visites à domicile des Agents de Santé Communautaire (ASC) (49,3 % à 58,7 %) et des traitements à domicile par les ASC (24,1 % à 45,7 %), entre la base de référence et la cinquième année de mise en œuvre. Les ASC fournissant des soins communautaires sont un élément clé de l’approche du programme de soins primaires intégrés.

Entre 2015 et 2020, on a observé une augmentation des soins prénataux au cours du premier trimestre de la grossesse (37,5 % à 50,1 %). Parmi les répondants qui ont demandé des soins pour un enfant ayant de la fièvre, la présentation des soins dans les 24 heures a augmenté de 51,9% à 80,3%.

A propos de l’étude

Visite à domicile réalisée par un Agent de Santé Communautaire dans le district de Kozah, Togo.

Le Togo a connu une baisse de la mortalité infantile depuis 2000, mais à un rythme beaucoup plus lent que les pays homologues. Le Ministère de la Santé, de l’Hygiène Publique et de l’Accès Universel aux Soins du Togo a développé un Plan National de Santé pour réduire la mortalité infantile, pourtant les enfants togolais continuent de mourir de maladies qui ont des traitements efficaces et peu coûteux. Seuls 30 % de la population togolaise déclarent utiliser les établissements publics pour les soins de santé et les mesures de la qualité des services existants sont mitigées et largement inconnues.

L’étude s’est déroulée dans le district de la Kozah, dans la région de Kara, au nord du Togo, comprenant un site semi-urbain, Adabawere, et trois sites ruraux, Djamdé, Kpindi et Sarakawa. À Kara, il y a moins de médecins en exercice et un accès limité aux centres de santé par rapport au sud, où se trouve la capitale, Lomé. Avant l’étude, l’équipe a identifié des obstacles aux soins, notamment des moyens financiers limités, un manque d’accès géographique, une faible autonomisation des femmes et la perception de soins non conformes aux normes.

Après des mesures de référence en 2015, Santé Intégrée s’est associée au Ministère de la Santé,de l’Hygiène Publique et de l’Accès Universel aux Soins du Togo pour lancer le Programme de Soins Primaires Intégrés dans quatre centres de santé du district de Kozah. Le programme adopte une approche d’engagement communautaire pour mettre en œuvre un ensemble d’interventions fondées sur des preuves, notamment : (1) la gestion proactive des cas communautaires par des Agents de Santé Communautaire formés, équipés, supervisés et salariés ; (2) le renforcement des capacités cliniques par le biais d’un mentorat et d’une supervision renforcée par un coach pair formé dans les établissements du secteur public ; (3) l’amélioration des infrastructures de base, des équipements et de la chaîne d’approvisionnement ; et (4) la suppression des frais de point de service pour les femmes enceintes et les enfants de moins de cinq ans.

L’objectif de l’étude était d’évaluer l’impact du programme et les résultats de sa mise en œuvre dans le district de Kozah de 2015 à 2020. Une enquête auprès des ménages représentative de la population a été menée au départ et annuellement auprès des résidentes âgées de 15 à 49 ans. Le principal résultat d’efficacité était le changement du taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans, évalué au départ puis annuellement. Les mesures supplémentaires comprenaient la portée, l’adoption, la mise en œuvre et les coûts de maintien du programme. 

Résultats

L’étude a observé une baisse impressionnante du taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans dans le district de la Kozah au Togo après la mise en œuvre du Programme de Soins de Santé Intégrée. La baisse (30 %) était environ deux fois supérieure au taux national (14 %) pendant la même période.

Graphique 1 (ci-dessus) : Taux de mortalité des moins de cinq ans pour la période 2015-2020

En outre, des améliorations de l’accès et de la qualité des soins ont été observées, notamment des visites à domicile par les ASC (49,3 % à 58,7 %) et des traitements par les ASC (24,1 % à 45,7 %), ainsi qu’une augmentation des soins prénataux (37,5 % à 50,1 %). Le coût annuel supplémentaire de l’intervention a été estimé à 8,84 dollars par personne.

Implications

Un Agent de Santé Communautaire rend visite à ses patients.

Progresser vers l’accès à des soins de santé de qualité pour tous n’est pas une tâche facile. Cette étude n’a été rendue possible que par le travail de nombreux groupes et individus, notamment le Ministère de la Santé du Togo, Santé Intégrée, divers partenaires et collaborateurs, et plus de 10 000 représentants de ménages qui ont participé à la recherche. L’effort combiné a abouti à une analyse rigoureuse et réaliste qui soutient l’utilisation d’approches communautaires intégrées pour améliorer l’accès et la qualité des soins. Les résultats mettent en évidence l’impact potentiel du programme élargi de Soins Primaires Intégrés qui a été lancé dans quatre districts supplémentaires à Kara de 2018 à 2021, a embauché et formé 201 nouveaux Agents de Santé Communautaire, et sert maintenant plus de 200 000 personnes.

Non seulement ces résultats sont importants pour les personnes de la région de Kara au Togo, mais les résultats renforcent les preuves pour les approches intégrées qui se concentrent sur l’amélioration de la santé par le biais de soins primaires communautaires de qualité, une composante essentielle pour atteindre les soins de santé universels pour tous.

L’article intitulé « Une initiative de soins primaires intégrés pour la santé des enfants dans le nord du Togo » peut être consulté ici et le commentaire d’accompagnement écrit par Cyril Engmann de PATH peut être consulté ici sur le site web de Pediatrics.