Santé Intégrée mesure son succès aussi bien de la dimension humaine de son programme que de preuves solides. Nos indicateurs combinent non seulement des mesures qualitatives et quantitatives, mais visent à promouvoir nos valeurs d’autonomisation, de respect et de collaboration pour placer nos patients et tous les membres de la communauté au centre de notre travail. Nous autonomisons les professionnels de la santé en leur fournissant les outils dont ils ont besoin pour atteindre des standards élevés et des résultats mesurables.

Nous mettons l’accent sur le respect en considérant les sentiments, les souhaits, les droits et les traditions des autres, en particulier de nos patients, plutôt que de faire usage d’autorité pour atteindre une bonne santé. Enfin, nous collaborons en écoutant nos patients, les communautés, les prestataires de soins de santé et les représentants du gouvernement, et travaillons en concertation avec ces partenaires pour apporter des changements transformateurs dans la prestation des soins de santé.

Nous croyons fondamentalement que ce sont les éléments essentiels d’un succès à long terme qui sauve des vies et qui non seulement produit des résultats de santé individuels positifs, mais cherche aussi à transformer tout le système de soins et les facteurs socioéconomiques qui l’entourent.

Créer Un Pont Dans L’approche Et La Compréhension

Alougou MAKPETE, président du Réseau des tradithérapeutes

L’enfant de cinq ans, fiévreux, se tordait de douleur, criait et pleurait, incapable de bouger la tête d’un côté à l’autre. Sa peau brûlait au toucher, mais ses mains et ses pieds étaient froids. Il vomissait et semblait avoir du mal à rester éveillé. Tout cela était une preuve claire pour ses parents inquiets qu’il avait été maudit par un sorcier. Ils avaient besoin de Mr Alougou MAKPETE, un tradithérapeute local basé à Sarakawa, pour briser le sortilège et sauver leur enfant.

Donner Des Choix Et Des Opportunités

Piyalo TCHALIM

Lorsque Piyalo est tombée enceinte de son premier enfant il y a presque dix ans, elle s’est sentie submergée par l’anxiété.

Dans le village de Kpindi, situé le long de la frontière avec le Bénin où le jeune couple vivait dans une petite concession de huttes minuscules, les options pour un accouchement sûr étaient rares. Piyalo avait connu de nombreux voisins et amis qui avaient perdu des enfants et elle avait vraiment peur. Bien que moins coûteux, elle ne voulait pas se tourner vers les tradithérapeutes qui selon elle, pouvaient ne pas être fiables. L’hôpital d’à côté semblait la meilleure option, mais les frais élevés étaient hors de sa portée.

Permettre Aux Femmes De Prendre Le Contrôle

Véronique LATTA

À l’âge de 10 ans, Véronique a été fiancée à un ami de la famille. Le souvenir de l’événement reste vif: l’amie de sa mère a placé un beau bracelet autour de son poignet et l’a informée qu’elle allait être mariée au fils de la femme. Elle était stupéfaite par cette annonce.

Stupéfaite d’autant plus qu’elle avait si peu de contrôle sur sa propre vie.

Véronique a épousé l’homme en question. Elle ne voulait pas décevoir sa mère ou l’ami de la famille. Quand l’homme a pris sa retraite de l’armée, ils ont emménagé ensemble. Un jour, son mari est rentré après le travail avec une femme enceinte en déclarant qu’elle allait être sa deuxième femme.